accueil Assises Changer de Cap (Montreuil 16 Juin 2013) spécial Assises de Montreuil (2)

télécharger "l'avenir en marchant"

spécial Assises de Montreuil (2) PDF Imprimer Envoyer

.

laurent tribune    Ce qu'ils ont dit à la deuxième séance plenière 15 H - 16 H 30

COUPET AUTAIN LAURENT AZAM LENEMAN MELANCHON

 

 

 

COUPET (solidaires)

« Nous sommes dans un déficit économique, écologique, social et démocratique »

La politique, c’est l’affaire des mouvements sociaux, avec une responsabilité partagée. Les sacrifices sont toujours pour les même. Il faut porter des alternatives qui aident à casser les dogmes. Le combat est nationale et européen (Alter sommet, manifeste des peuples…). Créer un rapport de force dans la mobilisation. Pour le projet sur les retraites, rien ne sert de précipiter. Il faut suivre la « marche des chômeurs » qui arrive à Paris début juillet. Il y a un déficit démocratique dans les organisations, même chez nous, à Solidaires. Il faut quitter l’esprit de « boutique ».

 

AUTAIN (FASE)

 « Nous traversons une crise multiforme, non banale avec une gouvernement qui se dit de gauche ».

La rupture doit être radicale avec une nouvelle période politique, avec un frein à ce consumérisme et une bataille Européenne. Les citoyens sont en colère. Je vous rappelle la période PRODI (Italie) où la gauche s’est réunie, pour rater, et laisser la droite revenir avec un projet encore pire que ce qu’il avait déjà fait, Berlusconi. Un mécano politique oui, mais des mouvements pour des cause communes, sans copier le passé, mais en inventant le XXI siècle. Il faut de l’imaginaire, en travaillant les perceptives, pour un monde nouveau et pour l’émancipation humaine.

 

LAURENT (PCF)

«  Je sens une force qui existe, sans résignation, qui se traduit tous les jours dans les luttes que nous connaissons ».

Il faut construire de nouveau chemins, un Front Populaire Nouveau, respectant les choix des peuples. Le combat, c’est une relance d’une politique sociales, pour les salaires, les retraites, les minima sociaux, une transition écologique en n’opposant pas industrie et écologie car, c’est une seule et même question. Nous devons remettre la main sur les banques, par une refonte fiscale plus juste. Il faut enfin travail un nouveau projet Européen, et non pas accepter ce marché Transatlantique. Travaillons les convergences pour tous…

 

AZAM (Attac)

«  Ce n’est pas une crise ou une succession de crises, c’est un processus qui a débuté il y a 40 ans. C’est un processus qui menace notre démocratie et notre écosystème dans le sens anthropologique du terme ».

Cette crise est une crise systémique, mais sans limite, ce qui fait d’elle une crise très grave. Nous devons reconnaitre les expériences tant au niveau locales que globales, en créant des résistances et des convergences, c’est notre projet au pays basque pour septembre. Il faut changer tant en haut, qu’en bas, notre façon de faire. La démocratie, c’est être différent ! Il faut travailler sur la finance qui ne doit pas être une chose privée, mais bien, chose publique. La retraite est une des questions anthropologique car elle touche l’intergénérationnelle. Nous constatons en réalité la limite du capitalisme et de la démocratie actuelle. Nous devons combattre cet accord Transatlantique.

 

LIENEMANN (Gauche Avenir).

« Ce n’est pas une crise de circonstance, c’est une crise profonde qui bousculent nos acquis sociaux »

L’unité de la gauche doit être la priorité pour ne pas faire le lit de la droite réactionnaire et de l’extrême droite. Un projet Front Populaire doit permettre l’unité, le projet et le social. Malgré des divergences, le Front de Gauche a permis l’élection de François Hollande. Il faut le reconnaître donc. la nécessité de convergences, d’une réindustrialisassions, une refonte fiscale et une Banque public d’investissement mieux dotée. Enfin, 22 000 adhérents socialiste soit une grande partie a voté ce matin, non au marché Transatlantique. Ceci n’est pas rien. Comme un très grand nombre de députés socialistes ont voté contre le refus de l’amnistie sociale. Alors oui, nous sommes socialistes. Ne nous demandez pas de nous renier !

 

MELANCHON (PG/FDG)

«  Lorsque Pierre Laurent m’a proposé cette rencontre, je me suis dit soit on la fait seul, soit sont invités d’autres personnes qui ne sont pas forcément d’accord sur tout. Ma réponse était que l’on travaille tous ensemble à ces Assise du 16 juin ».

Je tiens à saluer la présence de Durand (EELV) et de Lienemann (Socialiste, Gauche Avenir). Je sais ce qui vous attend dehors car j’ai déjà donné. J’ai moi-même était un réformateur. Il fait retour sur ce capitalisme violent, un capitalisme qui consomme les gens. Le marché Transatlantique ne doit pas s’arrêter à l’exception « culturelle », il doit s’arrêter parce qu’il y une exception plus importante encore, c’est l’Humain. Après Lisbonne, c’est le marché Transatlantique qu’on nous impose. Nous disons non ! Et nous pouvons dire non car 33 pays d’Amérique Latines ont dit Non ! Nous refusons l’annexion de l’Europe par les Etats-Unis. Nous continuerons les combats par le haut et par le bas ! En cela, le FDG permet la perspective qui doit être rapide et démocratique. Le projet, c’est le livre « l’Humain d’abord » que l’on continue d’améliorer notamment à travers ces Assises.

CHANGEMENT DE CAP EN FRANCE ET EN EUROPE, le COMBAT CONTINUE …. GAUCHE CITOYENNE.FR