contribution de jean yves quilin Imprimer

 

Favoriser l’avenir de Gauche Citoyenne passe à mon sens par des réponses à 2 problèmesde fonds ;

 

1- Ecarter la crainte de la décision et de l'action. Quatre séries de décision me semblent devoir être prises.

2 - Les objectifs de chacun. Nos adhérents et sympathisants peuvent avoir des objectifs multiples.

1- Ecarter la crainte de la décision et de l'action. Quatre séries de décision me semblent devoir être prises. Je me jette donc à l'eau et ne crains absolument pas de m'entendre dire que je me trompe. De toutes façons, dans toutes actions ou propositions d'actions, il existe un lot + ou - important de déchet.

 

1-1- Décision de soutien aux candidatures de Marie Claude Garel et Nadine Garcia aux élections cantonales.

L’assemblée générale de Gauche Citoyenne du 24/11/2010 a décidé ce soutien en l’assortissant d’obligations qui nous concernent :

- Proposer à Nadine Garcia, un suppléant Gauche Citoyenne (le problème ne se pose pas pour Marie Claude Garel puisqu’elle est elle-même adhérente de Gauche Citoyenne)

- Participer à l’élaboration du programme des 2 candidates

 - Participer au comité de soutien des 2 candidates

 - Ce soutien n’est pas exclusif de l’initiative de contacts et de dialogues avec d’autres forces politiques et candidats qui travaillent au changement de la société dans un sens plus favorable à l’intérêt et aux aspirations des citoyens.

A mon sens, nous devons organiser notre participation active et visible à cette campagne et le bureau doit prendre des initiatives pratiques en ce sens. Du point de vue du contact avec les autres forces politiques et d’autres candidats, à cette période ou dans un avenir plus lointain, ne nous limitons pas par des expressions comme « à gauche du Parti Socialiste » ou «  à Gauche de la Gauche ». Il me semble qu’il vaut mieux positiver sur prendre langue et action avec toute personne et organisation susceptibles au cas par cas de faire avancer les objectifs que nous voulons atteindre. Définissons-nous comme une Gauche Déterminée à la transformation sociale dans le sens des intérêts et des aspirations des citoyens. C’est sur le terrain de la détermination dans l’action que l’on nous appréciera, pas dans celui de prétendre au titre de Champion du plus à gauche ou du plus révolutionnaire. Le pourtour de nos contacts et actions communes passera par le Parti Socialiste et Europe Ecologie dans l’élection cantonale, au moins au 2ème tour. Ce n’est pas honteux et c’est sur : alors pas la peine de se cacher derrière… derrière quoi d’ailleurs. Le pourtour sera-t-il le même dans une action sur la Sécurité Sociale, sur l’immigration, sur la laïcité : pas sûr, mais notre objet n’est pas de limiter d’avance de pourtour, tout au contraire, il est de réunir au plus large sur des actions déterminées pour atteindre nos objectifs. Il y aura suffisamment de gens qui ne voudront pas de nous, ne nous occupons donc pas de limiter notre champ d’union, nos adversaires s’en occupent déjà.

1-2 La réunion publique du 26 novembre à la salle du Chemin de l’Ile a été un succès du point de vue de la fréquentation et de son déroulement.

A noter que 10 nouveaux participants se sont rendus à cette réunion, ce qui est à la portée de peu d’organisations locales. Cette réunion est certainement un véritable acte de naissance de Gauche Citoyenne vis-à-vis du public : comme quoi, à un moment, il faut se décider à se jeter à l’eau même quand les conditions ne sont pas favorables : elles ne seront jamais aussi favorables que nous le souhaitons. Nous avons maintenant le matériel (film et extraits de films) et une certaine expérience pour renouveler cette action dans d’autres quartiers de Nanterre. Je suggère que nous prenions des initiatives en ce sens avec une petite variante : - Déterminer quelques objectifs pratiques et atteignables avec nos amis dans le quartier en question de sorte que l’initiative de Gauche Citoyenne soit suivie d’actions ayant des conséquences pratiques. De ce point de vue, je me sens très concerné par la phrase de notre ami Samir «  il faut que nous enregistrions des victoires ». C’est en effet comme cela, que nous pouvons nous développer.

1-3 : Décisions sur l'organisation. Il me semble utile de rappeler que:

- Nous avons décidé que le bureau est un organe administratif. C'est une décision, elle a été prise ensemble: çà y est, c'est décidé. Nous verrons à l'usage, quand nous serons plus vieux et plus nombreux si c'est une bonne ou mauvaise décision.

- Nous avons décidé de former un comité de pilotage et les noms ont été inscrits : C'est une décision, elle a été prise ensemble, les noms déterminés ensemble : çà y est, c'est décidé. Nous verrons avec le temps s'il faut ajouter ou retrancher. Probablement, compte tenu des apports nouveaux, il faudra le faire assez vite. - Du point de vue de la Présidence de l’association, nous ne pouvons que respecter la volonté de Françoise de ne pas poursuivre son mandat compte tenu de ses obligations professionnelles. Elle restera certainement, un membre actif très actif et enthousiaste de notre association et nous lui souhaitons bonne chance dans son activité professionnelle.

- Au regard des objectifs qui sont les nôtres et qui concernent des besoins vitaux : en matière d'aide sociale, d'éducation et d'emploi notamment, je crois qu'il faut nommer à la présidence de l’association, une personne à l'aise avec le mandat et en capacité d'orchestrer nos chants individuels en chant choral. Une personne jeune n’ayant pas, de préférence, je n’écarte personne à priori, appartenu à une organisation politique traditionnelle pourrait être un début de profil.

1-4 : Mise en marche vers le futur :

Gauche Citoyenne a été présente sur le front des retraites. Gauche Citoyenne va être présente sur le front des élections cantonales, Gauche Citoyenne participe aux initiatives, avec d’autres forces, contre la politique du gouvernement de Droite et d’Extrême Droite concernant l’immigration, et s’apprête à rentrer dans d’autres initiatives dont la Sécurité Sociale. Gauche Citoyenne pourrait ouvrir elle-même des initiatives sur la laïcité et sur l’immigration, Deux questions qui concernent particulièrement nos villes.

La réunion publique du 26 novembre et celles qui devraient suivre vont augmenter et améliorer nos ressources humaines disponibles et certainement nous ouvrir des voies vers des actions originales. Soyons optimistes, nous avons commencé dans le flou et même à un moment, dans une certaine grisaille : si c'était facile de créer une organisation politique de Gauche déterminée aujourd'hui, cela se saurait. Ce sera long et difficile et les 3 meilleurs carburants pour avancer sont beaucoup de modestie dans la pensée, beaucoup de sueur dans l'action et en prime, les égos au panier.

2) Les objectifs de chacun. Nos adhérents et sympathisants peuvent avoir des objectifs multiples :



2-1 Une partie d'entre nous, viennent faire de la politique, rien que de la politique sur le plan de la pensée et de l'action.

Ceux-là ont d'autres cercles et d'autres tribunes où s'exprimer sur le plan de l'idéologie, de l'utopie, de la religion, de la solidarité sociale, ou même de la recherche même sur des thèmes liés directement à la politique. Ils ne réclament rien d'autre à Gauche Citoyenne que d'être une organisation politique et d'agir en ce sens. Des gens d'idéologie très diverses peuvent se trouver d'accord sur un programme et un mode d'activité politique. Il convient de les accueillir avec une empathie continue, dans leur très grande diversité d’idéologie et de philosophie, dans leur extrême diversité d’idéologie et de philosophie. Ils viennent parce qu’ils veulent agir contre la politique du gouvernement de Droite et d’Extrême Droite et proposer une politique plus conforme aux intérêts et aux aspirations des citoyens. Notre projet est bien d’agir dans ce sens. Nous devons donc, en permanence répondre à cette demande et avoir un champ d’actions ouvert pour répondre à cette préoccupation, combien précieuse, de vouloir agir.

2-2 Ceux-là exprimeront cependant, avec le temps, un besoin d'échanger avec les membres de Gauche Citoyenne qui ne sont pas d'accord avec eux sur tel ou tel thème.

Ils auront donc besoin de Gauche Citoyenne non seulement comme instrument d'action politique mais aussi comme centre de réflexion sur un certain nombre de thèmes. Il n’y pas d’une part, les agissants, d’autre part, les pensants, mais chacun a ses inclinations.

2-3 Une autre partie d'entre nous recherchent une démarche et des réponses à leur questionnement idéologique, à leur besoin d’utopie ou à leurs recherches sur des thèmes liés à la politique, directement à l'intérieur de l'organisation politique, ici de Gauche Citoyenne.

La politique, l’action politique, peuvent résoudre des tas de problèmes mais probablement pas donner de satisfactions ou même de réponses idéologiques. C'est l'inverse qui est vrai : l'idéologie, l’Utopie ouvrent des voies multiples au politique. La politique est un degré en-dessous (au moins un degré) et elle ne va pas créer une utopie, une idéologie. Elle va peut-être aider à réaliser une petite partie de l'utopie mais elle ne va pas la créer. L'utopie, l'idéologie, la recherche sont au-dessus et sont nécessaires au renouvellement politique. Le niveau politique peut donc et même doit accueillir la recherche libre sur tous ces plans.

2-4 Si cela est vrai, il faut ouvrir Gauche Citoyenne comme communauté d'accueil en ce sens, en précisant bien que les 2 choses (politique et idéologie/utopie) ne se situent pas au même niveau.

Les 2 niveaux sont compatibles et il est même souhaitable qu'ils co- existent mais chacun a son rythme, avec ses temps.

2-5 La politique a ses temps courts marqués par les dates d'élection, les grèves, les manifestations, les événements internationaux mêmes.

La recherche même appliquée, l'idéologie, l'utopie, ont des temps plus longs et il faut donner ce temps si nous voulons des résultats. Nous avons déjà indiqué que quiconque pouvait réfléchir sur tout problème etc...et organiser des initiatives en ce sens, mais force est de constater qu’ aucune demande de ce côté ne s'est pas cristallisée. Par contre l'expression de volontés de disposer de temps plus longs s'est affirmée notamment au moment de la prise de décision sur l’élection cantonale. Il me semble donc qu'il faut être encore beaucoup plus clair sur cette articulation entre temps courts et temps plus longs et de bien faire ressortir que les temps du politique et de la réflexion plus longue ne sont pas les mêmes. Cela évitera peut-être des incompréhensions comme celles qui nous valent quelques mouvements d'humeur actuellement sur le thème "on nous presse de prendre une décision, nous avons le temps ou, il faut que nous nous donnions le temps...". Je propose que nous ouvrions des voies sur ces temps plus long de sorte que, tout en agissant sur le temps court, ici par exemple, l'élection cantonale, nous ne restions pas sur le plan des intentions en ce qui concerne le temps plus long. Dans le cas contraires, ceux d'entre nous plus spécialement intéressés par cet aspect se trouveraient légitimement un peu grugés dans leurs attentes, par la pression des impératifs des temps courts.

2-6 Aucune demande de débat de fonds ne s’est cristallisée jusqu’à présent .

Je propose 2 thèmes pour démarrer et vérifier s'ils suscitent un intérêt:

- le thème de la laïcité posé par Corinne. Parce que c'est finalement un thème assez large qui permet à chacun d'exprimer sa diversité mais avec une réelle possibilité de définir un plan d'action consenti (pas forcément consensuel) et co- construit à la sortie. Il permet aussi d'aborder les thèmes de l'enseignement sans qu'ils soient réservés à des professionnels du secteur (avec eux mais pas seulement).

- le thème de la relation avec l'"Etranger": cela permet de se situer le problème de l'immigration dans le contexte plus large des relations internationales, sans isoler l'immigration des autres aspects incroyablement bénéfiques des relations entre les peuples et les pays: si nous laissons toujours le débat sur l'immigration comme fait isolé, nous ne nous en sortirons jamais. Le problème est qu'il ne faut pas que tout l'effort porte sur les mêmes épaules. Mais je pense qu'il faut susciter, au travers de la réunion du 26 et de ses suites, des appétits et des projets en ce sens.

Je suis prêt à participer à chacune de ces 2 initiatives (bien entendu si les thèmes ne sont pas bien posés, je suis disponible à participer à des initiatives proposées par d’autres). Merci aux bonnes volontés de se déclarer. Je ne sais pas si cette contribution sera d'une quelconque utilité. je suis en tous cas disponible pour en discuter et me coordonner avec qui voudra pour en tirer quelquechose si quelquechose peut en être tiré ( tiens là tout à coup, je me sens moins optimiste mais généralement, rassurez-vous cela ne dure qu’un instant, tout petit instant).