accueil contributions contribution de BENYOUB Laâredj

télécharger "l'avenir en marchant"

contribution de BENYOUB Laâredj PDF Imprimer Envoyer

 

Lettre à ceux qui se reconnaissent dans la Gauche  Citoyenne et sa diversité...

 

Le 23 novembre 2010, suite à la réunion du 18 novembre 2010, j’ai eu besoin de formaliser à travers cet écrit ma réflexion sur notre mouvement Gauche Citoyenne . Dans un premier temps, ceux qui me connaissent savent que je m’installe dans ce mouvement avec certes peu d’expérience de l’engagement politique mais avec une histoire partagée avec Nanterre vieille de 40 ans. Oui, je suis un natif de cette ville que j’ai vu changée, évoluée, et la mutation réussie de cette ville m’encourage à continuer d’ancrer Nanterre toujours à gauche. On ne peut que se réjouir de la création de notre mouvement Gauche Citoyenne qui je l’espère, apportera une nouvelle dynamique à la politique tant au niveau locale qu’au niveau nationale. Pour autant, esprit libre, je me dois de me poser la question suivante et d’y répondre. En quoi Gauche Citoyenne fera-t-elle mieux que les autres ?

 Ce questionnement est le début d’un cheminement politique, intellectuel et citoyen. C’est un questionnement sain qui, je le souhaite, fera que mon engagement se rapprochera au plus prés des objectifs que nous nous sommes fixés au travers de notre orientation et de notre statut. J’y contribuerai à ma modeste place. Je m’y engage.

 

Et si seulement… la Gauche Citoyenne traduisait son ouverture par la fin de ce paternalisme de gauche qui a plombé une partie de nos citoyens issus des quartiers populaires et, par la même occasion, à donner à penser aux classes moyennes (et à d’autres) que la gauche n’était « qu’assistanat ». Non, les classes populaires ne sont pas que « fardeau » pour notre société. Bien au contraire, nos quartiers recèlent d’un vivier important d’acteurs potentiels issus d’horizons divers, complémentaire les uns aux autres, ciment du vivre-ensemble, animés par un idéal, le Droit au bien-être, pour tous. Ce potentiel est là, sous nos yeux et « faire de la Politique » c’est faire avec la réalité du terrain, la réalité du moment, en ayant des perspectives d’avenir pour les générations futur. Ne l’oublions jamais, sans quoi nous retomberons irrémédiablement dans nos travers.

 

Et si seulement… la Gauche Citoyenne intégrait davantage et peut-être différemment les Nanterriens à notre processus. Le risque est connu de ne pas le faire : émiettement de la population, perte du lien social, repli sur soi, clientélisme, communautarisme, lobbying, perte d’espoir alimenté par les journaux télévisés. En effet, la peur des lendemains est un créneau inépuisable pour certains vendeurs de drames.

 

Et si seulement… la Gauche Citoyenne prenait le risque d’accepter au niveau de sa réflexion idéologique et politique des novices de la politique, des personnes issus de la « société civile ». Les néophytes ont cette spontanéité qui fait bouger les lignes. Les débats ne s’en trouveraient que plus riches. La confrontation d’idées favoriserait les échanges et permettrait peut-être de coller plus à la réalité du terrain en quittant « les tours d’ivoire » des partis classique. Nous devons inventer de nouvelles formes pour faire de la politique. Même les innovations technologiques nous y aideront. Soyons des précurseurs.

 

Et si seulement… la Gauche Citoyenne faisait preuve de pédagogique afin de d’expliquer au plus grand nombre des citoyens(nes) de notre ville le sens et les prérogatives des différentes institutions (commune, département, région, intercommunalité....). Combien sommes-nous à connaître les compétences et les enjeux de ces institutions républicaines ? L’ignorance fait toujours le jeu des plus initiés. Pourquoi tant de gens ( et de jeunes notamment) s’éloignent-ils de l’engagement politique ?

 

Enfin, et si seulement… la Gauche Citoyenne mettait à la disposition des citoyens(nes) de cette ville de véritables lieux de débats où les thèmes abordés ne seraient pas uniquement des thèmes « proposés » mes des thèmes qui les soucient. Les débats sur la Laïcité ont-ils définitivement été clôturés ? En quoi les parents ne sont-ils pas intéressés par la réussite éducative de leurs enfants ? Croissance ou Décroissance, le Ralentissement peut-il être une solution à ces deux alternatives ? Ne pensons pas que nos concitoyens (nes) ne s’intéressent pas à la politique. Bien au contraire. Il reste à la Gauche Citoyenne qu’à Les investir. Et si maintenant on y allait. Et si maintenant on prenait des risques…

 

BENYOUB Laâredj