accueil contributions

télécharger "l'avenir en marchant"

CONTRIBUTIONS
Contribution de Gérard Duménil, professeur d'Université PDF Imprimer Envoyer

 

En finir avec (ou dépasser ) le capitalisme                 

 

(notes prises par J-P Allétru, lors de la réunion-débat publique organisée à Montrouge par Attac 92 le jeudi 2 décembre 2010, relues et corrigées, complétées par Gérard Duménil).  

 

Sujet difficile, que Gérard Duménil aborde avec une inspiration marxiste, tout en prenant quelque distance.

Des sociétés sans capitalisme peuvent-elles exister ? Oui (sans pour autant aller chercher des sociétés comme l’URSS ou la Chine). Les classes capitalistes ne servent à rien, elles sont parasitaires.

La lutte des classes est le moteur de l’histoire.

 

Est-ce que la société débarrassée du capitalisme sera une société sans classes ? Question beaucoup plus difficile.

 

Il ya les propriétaires des moyens de production (les capitalistes).

Il y a les classes populaires

Et il y a les cadres.  Qu’ils soient du secteur public ou du secteur privé. Les cadres constituent une classe.

Lire la suite...
 
contribution de Hassan Hmani PDF Imprimer Envoyer


Si l’on se penche plus précisément sur le taux d’abstention à Nanterre, on constate des disparités importantes entre les bureaux de vote.


Les écarts peuvent monter à près de 20 points entre les bureaux de vote où la participation est forte et ceux où la participation est faible. Ces différences ont par ailleurs tendance à se répéter d’une élection à l’autre dans la mesure où ils reflètent des différences dans la composition sociologique du corps électoral selon les quartiers.


On constate que certains quartiers sont particulièrement touchés par l’abstention :

- Petit Nanterre ; dans tous les bureaux de vote et à chacune des élections considérées, la participation est au moins de 5 points inférieure à la moyenne de Nanterre
- Université
- Parc Sud
- République
- Chemin de l’Ile

D’autres quartiers sont caractérisés par une participation importante :

- Centre
- Vieux Pont
- Plateau Mont Valérien

 

Lire la suite...
 
contribution de jean yves quilin PDF Imprimer Envoyer

 

Favoriser l’avenir de Gauche Citoyenne passe à mon sens par des réponses à 2 problèmesde fonds ;

 

1- Ecarter la crainte de la décision et de l'action. Quatre séries de décision me semblent devoir être prises.

2 - Les objectifs de chacun. Nos adhérents et sympathisants peuvent avoir des objectifs multiples.

1- Ecarter la crainte de la décision et de l'action. Quatre séries de décision me semblent devoir être prises. Je me jette donc à l'eau et ne crains absolument pas de m'entendre dire que je me trompe. De toutes façons, dans toutes actions ou propositions d'actions, il existe un lot + ou - important de déchet.

Lire la suite...
 
contribution de BENYOUB Laâredj PDF Imprimer Envoyer

 

Lettre à ceux qui se reconnaissent dans la Gauche  Citoyenne et sa diversité...

 

Le 23 novembre 2010, suite à la réunion du 18 novembre 2010, j’ai eu besoin de formaliser à travers cet écrit ma réflexion sur notre mouvement Gauche Citoyenne . Dans un premier temps, ceux qui me connaissent savent que je m’installe dans ce mouvement avec certes peu d’expérience de l’engagement politique mais avec une histoire partagée avec Nanterre vieille de 40 ans. Oui, je suis un natif de cette ville que j’ai vu changée, évoluée, et la mutation réussie de cette ville m’encourage à continuer d’ancrer Nanterre toujours à gauche. On ne peut que se réjouir de la création de notre mouvement Gauche Citoyenne qui je l’espère, apportera une nouvelle dynamique à la politique tant au niveau locale qu’au niveau nationale. Pour autant, esprit libre, je me dois de me poser la question suivante et d’y répondre. En quoi Gauche Citoyenne fera-t-elle mieux que les autres ?

Lire la suite...
 
Contribution Gérard Perreau Bezouille PDF Imprimer Envoyer

 

Finalement, dans le projet GAUCHE CITOYENNE, il y a surtout un process, un processus. Ce processus-projet n’est pas hors du temps, il n’y a pas un avant et un après, il n’y pas un hors, un out GAUCHE CITOYENNE et un in. Pas de contre-société, pas de modèle, mais la participation manifeste à la construction d’un « après », après-capitalisme, après-socialisme, après-communisme. Le processus est l’élément clé, intense. Il s’entrechoque avec nos réalités, d’autres réalités, des calendriers, d’autres espaces /lieux. S’il veut intervenir dans le champ politique et/ou citoyen il ne peut être hors sol, hors réalité.

Un exemple : bien sûr, GAUCHE CITOYENNE est fondamentalement –nous y reviendrons-  autre que le dispositif classique du parti qui s’appuie sur des réseaux sociaux mais dont les combats les plus importants sont, en fait, les combats électoraux. Pour autant, dans le contexte de notre rayonnement et de notre genèse, serions nous compris, prendrions nous tout l’espace nécessaire pour notre développement, si nous faisions comme si ces combats n’existaient pas ? Mais s’arrêter à cela rendrait tout simplement incapable de voir d’autres possibilités. D’ailleurs nous travaillons prioritairement sur l’initiative que nous avons décidée collectivement : notre soirée « les quartiers populaires et la politique ». Le parti –et sa raison d’être électorale-, qui doit bien sûr être dépassée mais qui ne le sera pas si facilement, si abruptement, n’est alors déjà plus le lieu unique de la politique.

Lire la suite...
 
«DébutPrécédent123456SuivantFin»

Page 5 sur 6