télécharger "l'avenir en marchant"

PDF Imprimer Envoyer
La réponse de Gauche Citoyenne
Nous avons bien reçu, le 6 avril,  ta proposition d’un appel commun pour une « réunion publique » qui aurait lieu le 30 avril ou début mai. Comme tu le sais, dans la logique du travail de refondation du rapport au politique que nous menons, nous sommes dans cette période très engagés dans la préparation du « débat action » que nous organisons le 30 avril, autour des participants aux 5 réunions « quartiers populaires et politiques » que nous venons de tenir et de Gus MASSIAH, auteur de « la stratégie altermondialiste ». Tu, nos nouvelles élues, l’ensemble des militants, des citoyens, y êtes cordialement invités.

Le texte que tu proposes est par ailleurs difficilement amendable : il se situe dans le cadre étriqué du front de gauche réduit au cartel de ses trois composantes et dans une visée avant tout électorale. Nous l’avons montré, nous savons aussi nous engager sur ce terrain mais qu’est ce qui justifie, ici, un calendrier aussi rapide ?  Une réunion publique ?  Pour y dire quoi ? A qui ? Avec quel objectif ? Pourquoi cette précipitation, particulièrement à un moment ou des débats compliqués et confus se déroulent au niveau national ?

Nous sommes, à cette étape, plus préoccupés par des questions de fond (cf notre Journal N°1). Avec toutes nos composantes, nous restons bien sûr disponibles, comme toujours, pour un travail commun dans la mesure où, compte tenu de la réalité locale, Gauche Citoyenne n’est pas considéré comme une force d’appoint et où les points d’accord comme les différences sont respectées et prises en compte. Chacun a des idées, des convictions, des propositions, son apport aux luttes : n’est il pas souhaitable, aussi, que cette diversité puisse s’exprimer comme une richesse pour avancer, résister et construire dans les formes que chacun juge utile ?

Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
 
 
 

La sollicitation du PCF / Front de Gauche

 L’élection des deux conseillères générales sortantes, Nadine Garcia et Marie-Claude Garel, toutes deux membres du groupe communiste et citoyens au Conseil Général et soutenues par le Front de gauche, est un beau succès pour la gauche dans notre ville, un point d’appui pour les associations locales, les parents d’élèves et les salariés et un revers de plus pour le clan sarkozyste des Hauts de Seine.  
La droite ressasse que ce scrutin n’est pas significatif étant
donné le fort taux d’abstentions. Comme si celui-ci n’était pas le symptôme d’une défiance à l’égard de la vie politique et d’une grande colère face au comportement des gouvernants. Le score historiquement bas de l’UMP (11.4% sur Nanterre) est un carton rouge infligé au pouvoir. Le rejet de la politique de Nicolas Sarkozy et du gouvernement est à l’évidence massif.
Le président de la République croit qu’il échappera à la sanction en 2012 en courtisant l’extrême droite. A ce jeu Nicolas Sarkozy risque d’être dévoré par la créature qu’il libère. De nombreux dirigeants de la droite ont franchi un pas lors de ces élections en banalisant le Front national, et en permettant de ce fait à une partie de ses électeurs de lui apporter leurs voix. Le maire de Nanterre, Patrick Jarry, a fustigé au soir des élections le responsable local de l’UMP pour son attitude de complaisance avec le candidat frontiste. Heureusement cette stratégie s’est avérée être une impasse, mais à terme, à force de jouer sur les haines et les oppositions elle risque sans nulle doute de provoquer des dégâts.
Nous nous félicitons que le Front de gauche ait progressé lors de cette élection et soit devenu dans le pays la deuxième force de gauche tant en voix qu’au nombre d’élus. Nous sommes particulièrement fiers d’avoir démontré la capacité du Front de gauche de rassembler largement au second tour, et de faire barrage à l’extrême droite. Cependant, l’autosatisfaction n’est pas de mise.
Soyons clair : alors que l’exaspération est considérable dans le pays, la gauche ne présente pas encore aux électeurs une espérance de grandes transformations.
Responsables locaux du Parti communiste, du Parti de gauche, de la Gauche unitaire, de la Fédération pour une Alternative Sociale et Ecologique, de la Gauche citoyenne, nous ne voulons pas que l’année à venir soit obnubilée par la recherche médiatique et horripilante d’un homme ou d’une femme providentielle pour sortir la France de la crise. Nous pensons qu’une vraie alternative passe par la prise de responsabilité des citoyens. Avec vous nous voulons débattre du contenu d’un projet transformateur ancré dans les préoccupations quotidiennes des salariés, de la mobilisation des milieux populaires aux batailles politiques, des conditions nécessaires à une victoire de la gauche aux échéances présidentielles et législatives de 2012 et de la rénovation de la vie citoyenne.
Avec les élections cantonales, un nouveau chapitre s’est ouvert.  Mais pour vous être favorable il reste à l’écrire.   
Fin avril, débat à Nanterre  « Ensemble écrivons l’avenir »