accueil forum des droits samedi 19 novembre 2011 Atelier “droit à l’accès à l’eau ”

télécharger "l'avenir en marchant"

Atelier “droit à l’accès à l’eau”



l'atelier en vidéo PDF Imprimer Envoyer
 
compte rendu PDF Imprimer Envoyer

 

L’eau était au menu de la dernière table-ronde organisée dans le cadre du forum des droits. Plus exactement, c’est sur les conditions d’une démocratisation de la gestion de l’eau qu’étaient appelés à réfléchir Christine Bourcet, adjointe au maire de Nanterre et vice-présidente du syndicat des eaux de la presqu’ile de Gennevilliers, Jacques Perreux, conseiller général Europe écologie-Les Verts du Val-de-Marne, et Pierre Villa, de la coordination « Eau Ile-de-France ».

Si l’eau est présente sur à peu prés toute la planète, son accès est plus problématique, malgré la reconnaissance par l’ONU en 2010 d’un « droit à l’eau » : 1,1 milliards d’individus n’ont ainsi pas accès à l’eau potable et 1,5 milliards à un réseau d’assainissement. La situation, pour dramatique qu’elle soit, est pourtant loin d’être insurmontable, puisqu’il suffirait que la communauté internationale consacre 13 milliards d’euros par an pour assurer un accès universel à l’eau potable. Treize milliards, c’est à peine 1% environ de ce que cette même communauté internationale consacre aux dépenses d’armement…

En France, si la question de l’accès à l’eau ne fait pas débat, celle de sa gestion se pose à la majorité des communes qui sont encore sous un régime de délégation de service public. Pourtant, s’il est bien un service public local sur lequel les citoyens peuvent avoir prise, c’est bien celui de l’eau. Au lieu de quoi, sa gestion est dans une grande majorité de communes déléguée à des groupes privées qui gère ce bien naturel commun à tous en toute opacité et en s’octroyant des marges indécentes, selon un rapport de la Chambre régionale des comptes.

A partir de ce constat, comment mobiliser les citoyens pour leur permettre d’avoir prise sur la gestion de l’eau ? Le prix, bien évidement, apparait comme le principal levier : l’eau représente jusqu’à 9% des revenus les plus modestes, selon une enquête de l’OBUSASS (Observatoire des usagers de l’assainissement). Or, toutes les municipalités qui, ces dernières années, sont revenues à une gestion en régie, ont pu faire baisser le prix des factures.

Par le biais d’une gestion directe de l’eau et d’un contrôle des tarifs, ce sont d’autres formes de mobilisations qui peuvent être mise en œuvre. Ainsi, une telle gestion permettrait une meilleure maitrise de la consommation de ce qui apparait comme une denrée de plus en plus précieuse, d’une part par une meilleure sensibilisation aux gaspillages, puisque les fuites d’eau sur les réseaux, qui sont sources de bénéfices pour un gestionnaire privée, redeviennent une perte pour un gestionnaire public, et d’autre part par une modulation du prix de l’eau en remplaçant les tarifs dégressifs actuellement en cours, qui bénéficient aux gros consommateurs, par des tarifs progressifs. Enfin, rien d’empêche d’imaginer qu’une partie des marges ainsi dégagées ne soient consacrées à la coopération internationale, en favorisant l’accès à l’eau potable dans les pays où il n’est pas mis en œuvre.

A Nanterre, la délégation du service public de la gestion de l’eau arrive à échéance en 2015 : c’est là l’occasion d’initier ce fameux débat sur la démocratisation de la gestion de l’eau et les implications, ou les opportunités, d’une gestion directe. Avant cela, le Forum alternatif mondial de l’eau, qui se tiendra en marge du 6éme forum mondial de l’eau du 12 au 17 mars 2012, permettra une première mobilisation sur cette question primordiale.

 
PDF Imprimer Envoyer
Atelier “droit à l’accès à l’eau”

structure organisatrice du Forum alternatif mondial de l’eau

 

Introduction : projection du vidéo documentaire « Eaux troubles dans l'Est parisien » de Backstage.


Atelier-débat : Il s'agirait à partir de la lutte menée pour le retour à une gestion publique de l'eau dans l'agglomération Est Ensemble, de pointer les lacunes du système actuel de gestion de l'eau en matière de démocratie et surtout de faire émerger des propositions alternatives pour la participation des usagers-citoyens.

 

Intervenants : Jean Claude OLIVA, jhournaliste, president de la coordination eau Ile de France, membre de la structure organisatrice du Forum alternatif mondial de l’eau

Christine BOURCET, vice présidente du Syndicat des Eaux de la Presqu'ile de Genneviliers

 
appel eau PDF Imprimer Envoyer
Atelier “droit à l’accès à l’eau”

appel-eau1

 

 

 

appel-eau2

 

 

 
PDF Imprimer Envoyer
Atelier “droit à l’accès à l’eau”
a_medium

Communication, animations, synthèses en vue de la Préparation au Forum Mondial de l’Eau et au Forum Alternatif Mondial de l’Eau.

 

La communication est une des actions pérenne de notre association depuis sa création. Suivre l’actualité de la gestion de l’eau, participer aux manifestations nationales et internationales et partager notre savoir, sont les raisons de notre existence et de notre utilité. Aujourd’hui, s’ajoute à nos actions un nouvel objectif : la préparation au Forum Alternatif Mondial de l’Eau. Nous devons définir au sein de notre association mais aussi avec nos partenaires et avec les usagers notre position vis-à-vis du Forum Mondial de l’Eau et au Forum Alternatif Mondial de l’Eau. Nous allons proposer et mettre en place des actions d’échange, d’écoute, d’information afin d’être au diapason de ces deux rendez-vous majeurs.

Pour cela, nous participons depuis sa création au collectif international Eau Bien Commun qui coordonne les opérations en vue du Forum Alternatif Mondial de l’Eau. Notre expérience qui s’est étoffée en autant de participation aux forums mondiaux, nous la mettons au service de la communauté d’intérêt, celle que nécessite l’eau, cet élément vital.

http://www.eaupublique.fr/Qui-sommes-nous/Les-Actions-2011/Forum-Alternatif-Mondial-de-l-Eau-FAME-2012

 
«DébutPrécédent12SuivantFin»

Page 1 sur 2