télécharger "l'avenir en marchant"

PDF Imprimer Envoyer
Atelier “le sport est un droit”

Le sport est un droit :  texte fondateur 
 
Des acteurs, du sport éducatif, associatif, fédéré, de l’éducation physique, des activités
physiques pour  tous, des personnels de  l’Etat, des élus, des syndicalistes n’acceptent
pas l’abandon du service public du sport et vous invitent à agir.
 
Un espace d’actions et de propositions est lancé depuis le 29 septembre 2009.
 
 
L’accès de la population à un service public du sport est un droit
 
Les  activités  physiques et  sportives  sont  essentielles  à  la  formation  et  à  la  santé  de  l’être  humain  à
toutes les étapes de sa vie. Elles contribuent à son épanouissement social, physique, mental. Au nom
de cette nécessité sociale, le domaine de l’éducation physique et des pratiques d’activités physiques et
sportives est considéré en France, depuis les années 1960, comme relevant de l’intérêt général et d’un
service public. 
 
 
Des évolutions interpellent 
 
A partir des années 1980, des changements importants sont intervenus dans l’organisation du sport et
les  formes de pratiques. Le « sport », devenu mode de vie,  recouvre désormais un éventail  très  large
de pratiques. Ce succès s’est accompagné d’une  forte professionnalisation et commercialisation d’un
domaine  jusqu’alors  essentiellement  amateur  et  associatif.  Des  questions  sont  devenues  plus  vives
concernant la violence, le dopage, la corruption, la marchandisation. Une crise morale s’est installée.
Ces  évolutions  questionnent  le  mouvement  associatif  et  tous  les  acteurs  publics  confrontés  aux
demandes de la population. Des millions de jeunes, de femmes et d’hommes restent aujourd’hui privés
d’accès aux pratiques. Le besoin d’un service public rénové n’a jamais été aussi fort.
 
 
L’Etat se désengage
 
De nombreux faits témoignent de l’abandon par l’Etat du service public du sport.
- Le démantèlement du ministère, des DDJS, des CREPS est lancé
- Quelques sports professionnels reçoivent des soutiens sans commune mesure avec ceux
  consacrés à l’effort d’encouragement à la pratique de la majorité de la population.
- Priorité est donnée à un sport de haut niveau coupé de la pratique de tous.
- L’éducation physique et sportive à l’école, le sport scolaire et universitaire sont affaiblis.
- La vie associative sportive, faute de moyens, est en danger.
- L’intervention des collectivités territoriales dans le sport est menacée.

 
Agissons ensemble
 
N’acceptons pas cette situation. 
 
Ouvrons un espace d’actions et de propositions, visant à  refonder  la place des APS,  leur  importance
dans la société, dans une perspective d’intérêt général. 
 
Mobilisons-nous pour la construction d’un véritable service public du sport. 
 
Le sport est un droit pour toutes et tous
 
Contact : Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.                                        Paris, le 29 septembre 2009