accueil infos nationales avec médiapart, monde diplo, basta ! OMC : les ONG sur liste noire en Argentine

télécharger "l'avenir en marchant"

OMC : les ONG sur liste noire en Argentine PDF Imprimer Envoyer

Attac France dont des représentants doivent se rendre en Argentine pour participer aux réunions et séminaires organisés en marge de la 11e Conférence ministérielle de l'OMC qui doit se tenir du 10 au 13 décembre 2017 à Buenos Aires, est scandalisée par la décision du gouvernement argentin de lui interdire l'accès à ces événements. Une décision qui ne va pas sans rappeler les heures les plus sombres de l'histoire de ce pays.

- Communiqués / TAFTA / CETA / TTIP, Commerce international, OMC

Attac France dont des représentants doivent se rendre en Argentine pour participer aux réunions et séminaires organisés en marge de la 11e Conférence ministérielle de l'OMC qui doit se tenir du 10 au 13 décembre 2017 à Buenos Aires, est scandalisée par la décision du gouvernement argentin de lui interdire l'accès à ces événements. Une décision qui ne va pas sans rappeler les heures les plus sombres de l'histoire de ce pays.

Attac France, comme de nombreuses organisations de la société civile avait reçu des accréditations pour participer à la Conférence de l'OMC. Mais, dans une décision absolument inédite, le gouvernement de M. Macri a intimé l'ordre à ses ambassades et consulats de refuser des visas d'entrée sur son territoire à une large liste « noire » de personnes de la société civile et d'organisations de défense des droits humains.

Oxfam Allemagne, Transnational Institute, les Amis de la Terre International et de nombreuses autres organisations figurent sur cette liste d'ONG indésirables en Argentine. Selon nos informations, 26 organisations de 17 pays seraient ainsi concernées.

Attac France tient à faire connaître son indignation devant cette décision du gouvernement argentin, une initiative sans précédent dans l'histoire des relations entre les ONG et les institutions internationales comme l'OMC. Ses représentants ont décidé de passer outre à l'interdiction et se présenteront comme ils l'avaient prévu à l'aéroport de Buenos Aires dans les prochains jours.

Attac France ne manquera pas de faire savoir quelle suite elle entend donner à ces événements.


Lire l'article complet sur attac