accueil infos nationales avec médiapart, monde diplo, basta ! Manifeste contre la géo-ingénierie : bas les pattes !

télécharger "l'avenir en marchant"

Manifeste contre la géo-ingénierie : bas les pattes ! PDF Imprimer Envoyer

Plus de 110 organisations du monde entier, provenant de 5 continents, dont Attac France, publient à l'occasion de la réunion du GIEC en Corée du Sud un manifeste exigeant l'arrêt immédiat des expériences de géo-ingéniérie actuelles et prévues dans les mois à venir et l'interdiction pure et simple de la géo-ingéniérie. Cet ensemble de solutions techniques à grande échelle visant à bloquer une partie des rayons du soleil, réfléchir la lumière du soleil ou capturer les émissions de gaz à effet de serre, avec des effets dévastateurs sur l'environnement, les écosystèmes et les communautés du monde entier. A l 'occasion de la publication du rapport du GIEC sur le 1.5°C, cette coalition d'organisation appelle à déployer les solutions déjà éprouvées et moins risquées, mais qui restent marginalisées dans les délibérations sur le changement climatique.

- Notes et rapports / État d'urgence climatique, Climat, Écologie et Société

Plus de 110 organisations du monde entier, provenant de 5 continents, dont Attac France, publient à l'occasion de la réunion du GIEC en Corée du Sud un manifeste exigeant l'arrêt immédiat des expériences de géo-ingéniérie actuelles et prévues dans les mois à venir et l'interdiction pure et simple de la géo-ingéniérie. Cet ensemble de solutions techniques à grande échelle visant à bloquer une partie des rayons du soleil, réfléchir la lumière du soleil ou capturer les émissions de gaz à effet de serre, avec des effets dévastateurs sur l'environnement, les écosystèmes et les communautés du monde entier. A l 'occasion de la publication du rapport du GIEC sur le 1.5°C, cette coalition d'organisation appelle à déployer les solutions déjà éprouvées et moins risquées, mais qui restent marginalisées dans les délibérations sur le changement climatique.

Nous, organisations de la société civile, mouvements populaires, peuples autochtones, organisations paysannes, chercheurs et chercheuses, intellectuel-le-s, écrivain-e-s, travailleurs, travailleuses, artistes et autres citoyen-ne-s concerné-e-s du monde entier, nous opposons à la géoingénierie en ce qu'elle est une proposition dangereuse, absolument inutile et injuste pour lutter contre le changement climatique. Le terme géoingénierie fait référence aux interventions technologiques destinées à atténuer certains symptômes du changement climatique en agissant à grande échelle sur les océans, les sols et l'atmosphère de la planète Terre.

Etant donné la gravité des risques que la géoingénierie fait peser sur la biodiversité, l'environnement et les modes de vie et moyens de subsistance, en particulier dans le cas des communautés autochtones et paysannes, nous exigeons :

  • L'interdiction des expérimentations et du déploiement de la géoingénierie
  • La création d'un système de gouvernance multilatéral des Nations Unies qui soit international, transparent, participatif et qui se charge de faire respecter ces interdictions. Le moratoire sur la géoingénierie de la Convention sur la Diversité Biologique et l'interdiction par le Protocole de Londres de la fertilisation des océans en sont des points de départ.
  • La cessation immédiate de toutes les expériences prévues en plein air, y compris :
    • Le projet SCoPEx, une expérience visant à injecter des aérosols dans la stratosphère dans le cadre du programme de géoingénierie solaire de Harvard, prévu en 2018 en Arizona, tout près de la frontière mexicaine
    • L'expérience d'éclaircissement de nuages marins (The Marine Cloud Brightening Project) prévue dans la baie de Monterey, en Californie
    • Le projet Ice911, qui vise à épandre des microbilles de verre sur la glace et la mer en Alaska
    • Les projets Oceaneos de fertilisation des océans au Chili et au Pérou

Lire l'article complet sur attac