Fete GC 3 ans : intervention de la présidente... Imprimer

  

A Gauche Citoyenne, le travail de refondation du rapport au politique passe par la mise en œuvre de « débats en action » où habitants et militants sont tous invités. Avec toutes nos composantes, ceux déçus d’engagements politiques passés, ceux qui n’ont jamais fait de politique, ceux qui croient au ciel, et pas toujours le même, travaillent appuyés sur la réalité locale.

  

Gauche Citoyenne est un espace où les points d’accord et les différences sont respectés, les idées, les convictions, les propositions, l’apport aux luttes fait une diversité et une richesse pour avancer et résister. Nous construisons, dans les formes que chacun juge utile pour redonner confiance aux citoyens, des propositions d’action concrètes contre la casse sociale et écologique pour créer un rapport actif des citoyens à la politique avec de nouvelles façons de « faire politique »

Dans le texte « fondateur » de 2010, visant à réenchanter l’espace politique où chacun serait acteur, nous avions quatre principes : créer des alternatives politiques au néolibéralisme en faveur des concitoyens, avec une vigilance particulière aux plus pauvres. S’attacher à un gouvernement de gauche menant des réformes populaires, penser et de porter une nouvelle espérance populaire par un projet de société répondant aux exigences sociales et écologiques (on peut s’inquiéter du résultat..), dépasser les formes politiques traditionnelles par des pratiques innovantes. Gauche citoyenne est un collectif ouvert à ceux qui partagent notre démarche, engagés, encartés ou pas. Nous proposons : le progrès social pour éradiquer la pauvreté contre la casse sociale qui perdure, protéger l’environnement « vert » et « urbain » contre les politiques productivistes, mettre au centre du politique le développement humain contre les seuls intérêts économiques et financiers..    

A Gauche Citoyenne, nous avons la chance d’avoir des compétences variées propre à chacun, avec un objectif commun. Notre visibilité est importante, nos méthodes multiples, certains travaillent les journaux, newsletters, d’autres sur le terrain tous les jours, à la rencontre de ceux qui un point de vue, il suffit de peu pour gagner ou perdre la sympathie d’un citoyen. Nous ne voulons pas ou plus nous engager dans des cartels politiques étriqués souvent à visée électorale, mais nous allons aussi sur ce terrain interrogeant la liaison entre les luttes sociales et le refus de toutes dominations. Nos combats communs aux échéances électorales, préparées par des actions quotidiennes (réunions de quartiers, tracts, collages) mobilisant adhérents et sympathisants ont mené au succès des conseillers généraux et de notre députée, Jacqueline Fraysse ; le soutien à un gouvernement de Gauche dont on peut interroger maintenant les actions….Les Nanterriens ont exprimé une volonté de changement aux élections mais leur déception est grande : le chômage explose, la précarité s’installe, les inégalités se creusent. Beaucoup ont le sentiment que la crise ne frappe pas tout le monde et la fracture financière s’accroit encore. Nous repartons au combat pour les élections municipales 2014

Nous avons tenu depuis 3 ans un forum annuel qui ont été des succès, tant par le nombre de participants, la qualité des intervenants et des débats et réflexions avec les habitants. Ils ont été préparé par des méthodes différentes : micro trottoirs pour « politique et quartiers populaires », groupes de travail thématiques pour le «  forum des droits », ateliers citoyens par quartiers «  lutte contre les discriminations ». Partant à chaque fois du quotidien des habitants, de leurs mots, de leurs inquiétudes, des intervenants les ont aidés à mieux comprendre les déterminants sociaux subis.

Avec l’aide de nos élus, Patrick, Jacqueline, conseillers municipaux, nous avons soutenu les luttes locales (postiers, CPAM, hôpital, écoles, carte IMAGIN'R, sans papiers, finances locales, logements sociaux, frais et pratiques bancaires, échangeur…) des luttes nationales (retraites, droit de vote de étrangers, audit de la dette publique, pétition contre la disparition des associations, services publics ) européennes (aide alimentaire, indignés) et internationales (Grèce, Palestine, Algérie, printemps arabe..) et il en reste d’autres (formation professionnelle, réindustrialisation..)

Nous avons été présent à toutes les fêtes de l’HUMA depuis 3 ans de façon croissante et rencontré des amis, des inconnus intéressés par notre démarche

Nous pesons aujourd’hui dans le paysage politique local et régional ; les habitants nous reconnaissent sur les marchés, aux gares, nous interrogent sur nos actions, sur les choix des politiques nationales. Cependant beaucoup pensent encore qu’il ne sert à rien d’aller voter, ou pire, utilisent le vote Front national comme exutoire à leur désespérance. Nombreux ont dit lors des forums que les politiques ne les consultent pas, ne les entendent pas sauf à l’approche des élections et adressent ces discours à Droite et Gauche, en reconnaissant qu’à Nanterre, le souci de faire avec les citoyens est une pratique fréquente

De nombreux dirigeants de droite ont franchi un pas en banalisant le Front national et renforcé l’exacerbation des haines et des oppositions dont nous constatons tous les jours les dégâts (agression de couples homosexuels, de femmes voilées..) en reprenant à leur compte les thématiques du FN des boucs émissaires  (étranger, musulman, Rom).Tant que ne seront pas éradiquées les causes sociales du vote extrémiste de droite et de l’abstention massive, cette situation perdurera et même s’aggravera.

« Il faut que la voix des sans voix empêchent les puissants de ce monde de dormir « l’abbé PIERRE