accueil Nanterre...

télécharger "l'avenir en marchant"

nanterre
soutien aux facteurs PDF Imprimer Envoyer

 
Depuis lundi, les facteurs du centre de distribution de Nanterre sont en grève à plus de 90%. Ils protestent contre une réorganisation qui occasionne une suppresion de 4 tournées et de 6 postes de travail. Cette réorganisation paraît d’autant plus scandaleuse que le nombre d’habitants ne cesse d’augmenter à Nanterre : plutôt que de supprimer des tournées de facteurs, la Poste ferait mieux d’en augmenter le nombre !
 
Les grévistes ont manifesté à vélo à plusieurs reprises dans la ville. Ils se sont rendus dans le bureau de Poste de Rueil pour expliquer les motifs du conflit. Ils se sont adressés à la mairie de Nanterre et ont été reçus par la Directrice Générale du Travail (responsable départementale de l’Inspection du Travail), et ont demandé que l’Inspection du Travail fasse office de médiateur dans la négociation.

 

Face à ces revendications légitimes, la direction de la Poste répond avec mépris et joue le pourrissement du conflit. Au lieu d’ouvrir de réelles discussions avec les grévistes, elle les accueille avec des huissiers de justice payés des centaines d’euros l’heure. Jeudi 19/01, la direction a interrompu les négociations : les grévistes avaient RDV avec la direction le matin, et les responsables de la Poste sont restés en tout et pour tout une minute trente dans la salle où devaient se dérouler les discussions !
Pire encore, ce vendredi 20/01 au matin, elle a posté des vigiles d’une société privée devant l’entrée du centre et en a empêché l’accès aux grévistes et aux représentants syndicaux.
 
Etant donné la faiblesse des salaires des facteurs et l’intransigeance de la direction de la Poste, les postiers ont besoin de soutien. C’est pourquoi les grévistes invitent toutes les associations, partis, élus de la ville de Nanterre à participer à une réunion pour constituer un comité de soutien aux facteurs grévistes et au service public postal.
 

 
Gauche Citoyenne s'associe à l'Invitation à constituer un comité de soutien aux facteurs grévistes de Nanterre
 

 

un Rendez vous prévu lundi 23/01/12 à 18h à Nanterre, lieu à confirmer


 
réunion sur l'école d'architecture PDF Imprimer Envoyer

 

ecole archi

 
attac PDF Imprimer Envoyer
« Et si on ne payait pas la dette ? »
   
Quand ? Le jeudi 5 janvier 2012, à 19h30
 
Où ? Salle de la mairie annexe, place du 8 mai 1945, à Rueil 
 
(à 3 minutes de la place de la Boule,
à l’angle des rues des Bons Raisins et Gallieni. Un p’tit plan ici)
 
Avec Christian Celdran,
Conseil Scientifique d’Attac,
Comité d'organisation du collectif pour l'audit citoyen de la dette.
 
Au programme : un débat, des questions, des réponses, et surtout un pot amical à la fin de nos échanges, histoire de finir la soirée en beauté.
Vos amis et connaissances sont bien entendus cordialement invités. N’hésitez pas à venir avec eux.
Enfin, sachez qu’un co-voiturage peut être organisé pour celles et ceux qui le souhaitent. Transmettez-nous votre demande ou vos disponibilités, nous mettrons les personnes concernées en relation.
 
A jeudi,
 
Cyril Pocréaux, co-animateur du groupe (avec Michel Fenayon et Jacques Pinoteau)
 
Le groupe local d'ATTAC Mont-Valérien
(Nanterre, Rueil, Suresnes, Puteaux...)
Contact: Cette adresse email est protégée contre les robots des spammeurs, vous devez activer Javascript pour la voir.
 
front de gauche 12 décembre PDF Imprimer Envoyer
frontgauche      

 

Gérard Dumenil, économiste, membre du Conseil scientifique d’ATTAC, Nasser Mansouri-Guilani, syndicaliste, membre du Conseil économique et social, Francis Wurtz, qui a présidé, de 1999 à 2009, le groupe Gauche Unitaire Européenne/Gauche Verte Nordique au Parlement européen, donneront leurs points de vue, expliqueront les mesures proposées par le Front de gauche, et chacun pourra en débattre.
Lundi 12 décembre, à partir de 19h, salle des Provinces Françaises, allée de Normandie, à 100 mètres de la gare RER Nanterre-Université.

 

 

Lire la suite...
 
PDF Imprimer Envoyer

Papèteries de la Seine : le Maire de Nanterre et la municipalité souhaitent que
l’Etat, le conseil régional d’Île-de-France et la ville de Nanterre travaillent
ensemble à une solution industrielle
 
Au terme d’un long combat pour tenter de sauver leur industrie et leurs emplois, mais aussi
pour  faire  respecter  leurs  droits,  l’ensemble  des  salariés  des  Papèteries  de  la  Seine  a
accepté  au  printemps  dernier  le  plan  de  sauvegarde  de  l’emploi  proposé  par  le  groupe
irlandais Smurfit Kappa, détenteur du site de Nanterre. Les 102 salariés des Papèteries ont
ainsi été licenciés le 1er
 septembre dernier.
 
La  cessation  de  l’activité  de  recyclage  des  Papèteries  de  la  Seine  représente  une  perte
colossale,  en  termes  de  savoir-faire  industriel  et  d’emplois,  pour  la  France,  et  tout
particulièrement pour Nanterre.
 
Sur  la base d’une étude économique et urbaine menée en partenariat étroit avec  le conseil
régional  d’Île-de-France,  la  Municipalité  est  convaincue  que  les  Papèteries  de  la  Seine
peuvent  être  l’emblème  d’un  vaste  projet  de  relance  industrielle  tourné  vers  les  éco-
industries,  les  nouveaux  défis  de  la  logistique  urbaine  et  la  formation  aux  métiers  de
l’industrie et des éco-technologies en Île-de-France.
 
Néanmoins,  les  17  hectares  en  bordure  de  Seine  du  site  des  Papèteries,  inclus  dans  un
périmètre d’opération d’intérêt national et classés en zone d’aménagement différé, suscitent
de  nombreuses  convoitises  davantage  tournées  vers  la  spéculation  immobilière  que  vers
une reconversion industrielle. 
 
L’EPADESA, en tant qu’établissement public d’aménagement, ne saurait avoir pour vocation
de  définir  les  orientations  d’intérêt  général  qui  doivent  présider  au  devenir  du  site  des
Papèteries, et qui interpellent en premier lieu l’Etat, la Région et la Ville.   
 
Ainsi,  alors même  que  le  gouvernement martèle  sa  conviction  qu’une  nouvelle  révolution
industrielle  est  nécessaire  pour  sortir  de  la  crise  économique,  la  Municipalité  affirme  sa
volonté  de  préserver  la  vocation  industrielle  de  ce  site  et  appelle  l'Etat  à  exercer  les
responsabilités  qui  lui  reviennent  pour  y  parvenir  dans  de  bonnes  conditions.  Enfin,  la
Municipalité est convaincue que seul un dialogue fécond et sincère entre l'Etat, la Région et
la  Ville  permettra  de  faire  des  Papèteries  de  Nanterre    le  symbole  d’une  reconversion
industrielle réussie.

 
«DébutPrécédent12345678910SuivantFin»

Page 5 sur 10