accueil notre hopital

télécharger "l'avenir en marchant"

hopital de Nanterre
Actions de l'intersyndicale... PDF Imprimer Envoyer

Lundi 23/01 l'intersyndicale accompagnée de salariés du CASH s'est invitée à une réunion de direction en présence de la nouvelle Directrice, des représentants de l'ARS et de la préfecture de police de Paris. 

Comme nous demandions qu'elle était la nature de cette réunion où les représentants du personnel n'étaient pas conviés, Mr CREMIEUX (ARS) nous a certifié qu'il ne s'agissait que de la présentation et "l'installation de la nouvelle Directrice"  intérimaire, Mme Brigitte de La Lance. 
Elle nous vient de l'hôpital de Juvisy (91) qui a lui-même perdu sa chirurgie et sa maternité en 2009, ce qui lui reste d'activité pourrait donner une idée des projets à venir pour le CASH
Capacité d'accueil  hôpital de Juvisy
–57 lits de médecine
–4places en hôpital de jour (bilans et endoscopie)
–18 lits en soins de suite et réadaptation.
–12 lits en soins palliatifs.
–10 lits de Court Séjour Gériatrique
Nous avons appris que Mme ABALAIN (APHP), directrice de Louis Mourier, un temps annoncée pour assurer une direction commune des deux établissements hypothèse non retenue (selon les propos de Mr CREMIEUX le 12/01) était maintenant "chargée de missions" concernant le projet médical, il y aura donc au CASH une sorte de direction bicéphale.

Mardi 24/01 nous nous sommes rendus devant la Préfecture de police de Paris où se tenait un Conseil d'Administration extraordinaire sur la situation du CASH. Une délégation de l'intersyndicale a été reçue en ouverture du CA, elle a pu exprimer 2 points:

- l'importance des créances non recouvrables (patients sans couverture sociale et insolvables...) dans le déficit de l'établissement (10 millions €)
- Les différents scénarii  examinés 

 
un remède pire que le mal PDF Imprimer Envoyer


Projet de coopération entre l’hôpital Max Fourestier et l’hôpital Louis Mourier :
le Maire de Nanterre dénonce un remède pire que le mal
 
Sur  la  demande  insistante  du Maire  de  Nanterre,  Patrick  Jarry,  et  des  élus membres  du
conseil  d’administration  du  CASH,  la  Préfecture  de  police  de  Paris  a  rendu  publics  les
rapports d’expertise des cabinets d’étude ALTAO et KPMG.
 
Ces  rapports,  commandés  par  l’Agence  Régionale  de  Santé,  évaluent  le  projet  de
coopération défini par l’ARS entre les hôpitaux de Nanterre et de Colombes, et dont la base
consiste en un transfert des services de chirurgie conventionnelle et de  réanimation de Max
Fourestier vers Louis Mourier.
 
Or,  selon  ces  documents,  il  apparaît  que  la mise  en œuvre  d’un  tel  projet  signifierait  une
aggravation rapide du déficit de l’hôpital de Nanterre. 
 
En effet,  le  transfert de  la chirurgie conventionnelle et de  la  réanimation  représenterait une
perte  de  3,5  millions  d’euros  pour  l’hôpital  de  Nanterre.  Si  l’activité  d’odontologie  était
transférée de Louis Mourier vers Max Fourestier  (scénario complémentaire),  le déficit pour
l’hôpital de Nanterre atteindrait 4,58 millions d’euros. Deux autres scénarii complémentaires
représentent pour  l’un une perte de 0,27 millions d’euros et pour  l’autre, une perte de 3,6
millions d’euros toujours au détriment de l’hôpital de Nanterre.
 
Le cabinet KPMG précise encore que  la  restructuration envisagée par  l’ARS « ne  résoudra
pas les déficits des deux hôpitaux ».
 
KPMG  note  également  qu’un  projet  de  coopération,  quel  qu’il  soit,  nécessitera
obligatoirement  des  investissements  importants.  Or,  l’ARS  déclare  en  conclusion  de  la
présentation  du  rapport  de  KPMG,  ne  pouvoir  « opérer  que  de  petits  investissements »
vraisemblablement  insuffisants  à  la  réussite  d’un  projet  de  coopération  entre  les  deux
hôpitaux. 
 
L’impact  sur  l’avenir  des  personnels  de  l’hôpital  Max  Fourestier  n’est  jamais  clairement
défini.
 
C’est pourquoi, à la veille du conseil d’administration du CASH, dans un courrier adressé au
préfet  de  police  de  Paris  et  au  directeur  de  l’ARS,  le  Maire  de  Nanterre  et  la  députée
Jacqueline Fraysse réaffirment la nécessité d’examiner en détail des hypothèses alternatives
au projet de l’ARS, et demandent que l’ARS s’engage sur la base d’un état de prévision des
recettes et des dépenses fictif pour l’année 2012.

 
la manif du 20/01 dans Le Parisien PDF Imprimer Envoyer

 

manif-parisien

 
Les enfants avec l'hopital ! PDF Imprimer Envoyer

 

Ces enfants sont nés à la maternité de l'hopital de Nanterre ! Avec leurs parents et près de 400 personnes, ils viennent de manifester pour defendre l'hopital de Nanterre et exiger sa modernisation .

 

enfants-web

 
près de 400 pour défendre l'hopital PDF Imprimer Envoyer

 

IMGP9206

Prés de 400 personnes à l'appel du Comité de defense et de modernisation de l'hopital de Nanterre, ont manifesté, dimanche 22 janvier, de la Place de la boule au parc des anciennes mairies en passant par le marché du centre. Daniel Perez, représentant de l'intersyndicale, le docteur Hassin, Jacqueline Fraysse, députée et Patrick Jarry, maire de Nanterre, ont pris la parole pour la défense de l'hopital, de ses emplois, de ses services pour les habitants, pour inviter chacun à entrer dans l'action et faire reculer l'ARS. De nombreux citoyens, les syndicats, des formations politiques, des associations, plusieurs élus de sensibilités diverses,dont Fatna Chouaikh, maire adjointe déléguée à la santé étaient présents et apportaient chacun leurs témoignages et leur soutien. Gauche Citoyenne était bien entendu au rendez-vous.

 

Voir toutes les photos...
 
«DébutPrécédent1234567SuivantFin»

Page 4 sur 7