accueil présidentielles et législatives 2017 Contribution de Laaredj Benyoub

télécharger "l'avenir en marchant"

Contribution de Laaredj Benyoub PDF Imprimer Envoyer

Les « primaires »… véritables fossoyeurs du débat démocratique à gauche. 

 

Véritable concept à la mode pour les élections, les primaires interpellent, comme ont interpellé d’autres concepts tels que Démocratie participative, Développement durable, Commerce équitable, Constituante, Territorialiste et bien d’autres encore…

  

Nous vivons une situation de crise multiforme mais plus encore, une crise institutionnelle.

  

Un président discrédité qui a renié ses engagements (mon ennemie, c’est la finance !), un premier Ministre qui a mené une politique à coup de 49.3, en développement un sentiment anxiogène (guerre au terrorisme, stigmatisation de certains citoyens) et enfin, une politique gouvernementale bien à droite (déchéance de la nationalité, loi El Khomeri, casse du Code du travail…).

  

Tout ceci a été non seulement contesté dans la rue durant plusieurs mois (Nuits Debout, manifestations…), mais il existe un risque que cela se traduise bientôt dans les urnes.

  

2017 sera donc l’année de deux échéances importantes où la droite souhaite imposer l’alternance : les présidentielles et les législatives.

  

Face au bilan catastrophique de ce gouvernement social-démocrate positionné à droite, il est possible qu’il y ait une forte abstention et une montée de l’extrême droite lors de ces deux prochaines échéances.

 

Les partis populistes en Europe ont le vent en poupe et le Brexit de la Grande Bretagne a confirmé la volonté d’un repli sur soi. L’élection de Trump aux USA ne fait que confirmer, de nouveau, cette inquiétude légitime ainsi que la rupture des élites avec les citoyens et leurs préoccupations quotidiennes.

  

En France et depuis plusieurs mois, on a vu apparaitre des « appels » à des primaires à gauche pour les présidentielles. Mal en point, ces primaires semblent être morts nées, autant pour les présidentielles que par voie de conséquence pour les législatives à ce jour. La guerre des egos est ouverte et les appareils contribuent à troubler le jeu démocratique et par conséquence à moins de clarté dans les esprits des gens.

  

Le concept « des primaires » soulèvent pour la gauche plusieurs remarques.

  

Pour certains, les primaires ont une connotation de droite, voir une « Américanisation » de la campagne électorale.

  

D’autre part, cette initiative émane une nouvelle fois d’un haut, impulsée par des hommes et femmes politique, des intellectuels, des journalistes, des économistes… mais certainement pas par le bas.

 

De plus, le lancement de l’option des primaires à gauche à créer une confusion dans les esprits des citoyens de gauche. En effet, parle-t-on d’une primaire à gauche, d’une primaire de gauche ou d’une primaire des gauches ? Chacun en a eu sa définition à l’aune de ses propres intérêts partisans.

  

Pour d’autres, les primaires ont illustré la « courses des chefs » parfois déjà désignés en coulisses. Les citoyens ne veulent plus être caution à des appareils et des organisations dont le seul but est de se maintenir au pouvoir indéfiniment.

  

La candidature de Jean Luc Mélenchon a fini par vider de toute crédible les primaires à gauche avec le lancement de la campagne la France Insoumise.

  

Rappel de la petite histoire, avec un petit h...

  

Concernant le processus des dernières primaires au sein du PS, elles ont conduit à ce que la motion de Manuel Valls, qui avait atteint à peine 5%, lui permette d’imposer sa ligne politique, non seulement au sein du parti socialiste mais à l’ensemble des Français. Nous en avons vu le résultat depuis.

  

De plus, les primaires poussent à l’hyper personnalisation des élections. En dehors des élections intermédiaires et européennes, qui sont généralement quelque peu boudées, l’élection du Président et l’élection du Maire ont un intérêt pour les citoyens car elles sont incarnées, à tort ou à travers, par une personne.

  

Les primaires sont comme un centre d’aiguillage où seules les grosses locomotives font leur place en cantonnant les petites michelines dans les dépôts.

  

Qu’elle aurait pu être l’alternative « aux primaires » à gauche ?

  

L’alternative aurait pu être une primaire « de programmes » réunissant toutes les forces politique progressistes portant intérêt aux valeurs de gauche hors Ps de gouvernement. Chaque force politique, PCF, Vert, Frondeur du PS, Alternatifs,… ferait proposition d’un programme élaboré avec ses militants qui auraient pu être enrichir par la suite auprès des citoyens notamment non encartés lors de réunions publics de concertation. Tout ceci aurait pu s’inscrir dans la continuité de chemin parcourus depuis quelques années.

  

Ensuite, ces différents programmes auraient été mis en commun afin d’élaborer « une plate-forme des gauches » en rupture avec la politique mise en place par ce gouvernement.

  

Alors et seulement alors, une candidature crédible et légitime aurait pu apparaitre aux yeux des citoyens que ce soit pour les présidentielles ou les législatives.

  

Mais nous n’avons pas eu le temps. Nous n’avons plus le temps…Mais le temps… il faut savoir le prendre. Pour "changer la vie", il faudrait commencer par changer la vie politique disait Pierre Bourdieu. Certains ne veulent pas s’y résoudre.

  

Encore une fois, l’histoire se répète et la manière de faire « autrement » de la politique a du mal à se faire entendre. Pas étonnant alors de voir la gauche disparaitre progressivement des écrans radar et de permette à ce système obsolète de perdurer.

  

Si tu veux grand mal à tes amis, souhaite-leurs des primaires dans leur famille.

  

Laâredj.