accueil quand d'autres que nous le disent...

télécharger "l'avenir en marchant"

quand d'autres que nous le disent...
communiqué de "Solidaires" PDF Imprimer Envoyer

L’Union syndicale Solidaires a signé jeudi midi le communiqué intersyndical « Le monde du travail, ensemble, pour les libertés et la démocratie ».En revanche, nous avons décidé de ne pas signer de celui à l’initiative des partis politiques « défendons les valeurs de la République », au vu de son contenu et surtout des organisations signataires.

   

La participation très massive aux nombreux rassemblements organisés depuis mercredi dernier montre une forte volonté populaire de refuser le fascisme sous toutes ses formes. A l’opposé, la liste des responsables politiques et gouvernementaux, de France et d’autres pays, présent-es à la manifestation parisienne du 11 janvier, outre qu’elle est une véritable insulte pour ceux qui ont été assassinés au nom de ce qu’ils défendaient à Charlie-Hebdo, montre une vaste entreprise de récupération totalement nauséabonde ; certain-es contribuent aux massacres de populations partout dans le monde, d’autres à la misère de millions de personnes, voire soutiennent des politiques ouvertement racistes.

   

Voici une expression de Solidaires qui explique dans quel cadre nous participons aux rassemblements prévus notamment ce week-end et rappelle nos positions.

 

Lire la suite...
 
Trois bourreaux du peuple palestinien a Paris le 11 janvier PDF Imprimer Envoyer
Communiqué de l'UJFP (union juive française pour la paix)
 
Benjamin Nétanyahou, Avigdor Lieberman et Naftali Bennett représenteront le 11 janvier l’Etat d’Israël à la grande manifestation européenne de riposte aux fusillades contre Charlie Hebdo et contre le magasin casher à Paris. Ces trois personnages sont des criminels de guerre qui relèvent de la Cour Pénale Internationale pour les meurtres de masse commis à Gaza et ailleurs.
 
Ce sont trois sinistres artisans de la volonté d’Israël d’écraser le peuple palestinien : Nétanyahou, le dirigeant des massacres à Gaza, Lieberman et Bennett, deux ministres colons, l’un prévoit l’expulsion de tous les Palestiniens, y compris ceux qui vivent en Israël et l’autre se vante d’avoir tué des Palestiniens.
 
Ce qui est tout aussi grave, c’est la signification que leur présence confirme, concernant la nature de cette manifestation.
 
C’est pourquoi nous exhortons les diverses associations  amies du peuple palestinien qui comptent se rendre à cette manifestation à reconsidérer leur décision.
 
La manifestation devait être soi-disant « d’unité nationale » contre le terrorisme et pour la liberté d’expression.
Elle sera en réalité une représentation des « valeurs du monde civilisé occidental » contre les « menaces terroristes du monde arabo-musulman », une manifestation bien dans la tonalité du « choc des civilisations » qui d’après nos gouvernants, même quand ils se défendent de diffuser ce point de vue, régit le monde actuel.

En fin de compte tous ceux qui souhaitaient manifester demain leur solidarité avec les victimes  de ces terribles attentats  et pensaient  sincèrement  montrer une société française unie contre le crime, se sont fait confisquer leur  manifestation par les organisateurs autoproclamés d’une grande messe de « l’Axe du Bien » : le gouvernement, ses amis et tous ses concurrents de droite – hormis le Front National, dont  l’idéologie n'a nul besoin d'invitation pour prospérer. Les grands alliés internationaux seront présents :  ces mêmes  représentants d’État dont les politiques contre les peuples ont permis l’apparition du terrorisme djihadiste, les courants islamophobes, les amis de l’État d’Israël et bien sûr les représentants de cet État.
Quant aux populations dangereuses, postcoloniales, jeunes, éventuellement  porteuses de signes ostentatoires  musulmans, elles subiront  le dispositif de contrôle renforcé dans la période qui s’ouvre. Nous ne pouvons oublier  qu’à tous ceux-là les manifestations de solidarité et la liberté d’expression ont été interdites, l’été dernier,  pendant l'opération « Bordure de protection » menée contre Gaza  par les trois invités israéliens de demain.
 
Les représentants d’Israël ont commencé à faire de grands appels à la population juive française, soi-disant victime d’un déferlement antisémite sans précédent, pour qu’elle émigre en Israël, pays « de grande liberté ». Une fois de plus, les dirigeants israéliens mettent sciemment en danger les Juifs français par la peur et l’incitation au départ.
 
Le Bureau National de l’UJFP le 11 janvier 2015
 
Une provocation obscène PDF Imprimer Envoyer

Déclaration de l'AFPS (association france palestine solidarité), samedi 10 janvier 2015

 

Les cen­taines de mil­liers de nos conci­toyens qui mani­festent dans un calme impres­sionnant leur volonté de vivre ensemble en ces jours de deuil sont pénétrés du souci d’éviter toute pro­vo­cation des fau­teurs de haine.

Or nous apprenons par les médias israé­liens que pour­raient prendre place au premier rang de la mani­fes­tation répu­bli­caine de dimanche à Paris Avigdor Lie­berman, Naftali Bennett ou Ben­jamin Neta­nyahou. Lie­berman qui avait naguère impli­ci­tement appelé à uti­liser la bombe ato­mique sur Gaza. Bennett qui s’est vanté d’avoir tué beaucoup d’Arabes. Neta­nyahou, le bourreau de Gaza.

Ce serait un dévoiement insup­por­table du sursaut citoyen en cours qui remet­trait en cause la nature même de cette mani­fes­tation républicaine.

Comment ne pas y voir une gros­sière et inac­cep­table ten­tative de récu­pé­ration de la part de diri­geants israé­liens qui n’ont de cesse d’alimenter la pré­tendue « guerre des civilisations ».

Nous demandons à nos gou­ver­nants de ne pas accepter leur pré­sence qui revien­drait à les blanchir, alors que leur place est sur le banc des accusés de la Cour pénale inter­na­tionale (CPI).

Le Bureau national