accueil spécial copinage...

télécharger "l'avenir en marchant"

special copinage
Conférence de l'AFPS PDF Imprimer Envoyer

 "L'eau, enjeu du conflit israélo-palestinien" vendredi 18 novembre 19h30 Agora de Nanterre

Voir le tract...
 
histoire crises financières PDF Imprimer Envoyer

Mise en vente : 06/10/2011

UNE BRÈVE HISTOIRE 

DES CRISES FINANCIÈRES

 

Des tulipes aux subprimes

 

Christian Chavagneux

 

La finance a pris une place démesurée dans nos économies et ses dérapages pèsent lourdement sur l’emploi et le bien-être des populations partout dans le monde. Mais il n’est pas facile pour le simple citoyen de comprendre les ressorts de l’instabilité financière, afin d’apprécier la pertinence des politiques qui prétendent la combattre. D’où l’intérêt de revenir sur les grandes crises du passé.

Tel est le propos de ce livre aussi enlevé que pédagogique, où l’auteur fait le récit des plus exemplaires d’entre elles et de leurs issues : la fameuse bulle sur les tulipes dans la Hollande du xviie siècle ; la façon dont l’Écossais John Law a créé la première bulle boursière de l’histoire dans la France du régent ; la crise financière de 1907, qui a conduit à la création de la banque centrale des États-Unis. Et il revient de manière originale sur la crise de 1929, en montrant comment Roosevelt a usé de toute son habileté pour imposer les régulations qui allaient assurer plusieurs décennies de stabilité.

Se dessine ainsi une « économie politique des bulles », dans laquelle s’inscrit parfaitement le dérapage des subprimes. On comprend mieux alors les mécanismes économiques en jeu dans les crises financières. Mais aussi le rôle joué par les inégalités sociales, les rapports de forces politiques et les batailles idéologiques. Disposer d’un tel schéma des crises permet de juger les multiples chantiers ouverts par le G20, leurs avancées et leurs faiblesses.

 

Christian Chavagneux est rédacteur en chef adjoint du mensuel Alternatives économiques et rédacteur en chef de la revue L’Économie politique, première revue française sur les questions économiques. Il tient également un blog où il décrypte l’actualité de la régulation financière et des paradis fiscaux <http://alternatives-economiques.fr/blog/chavagneux>.

Collection : Cahiers libres – 240 pages – 16,50 €

 

Table des matières

 


Introduction. Le bateau ivre 
Les non-leçons des économistes
Les leçons de l’expérience 
Un schéma commun des crises 
Réguler la finance

 

1. La spéculation sur les tulipes entre vérité et légende 
Aux enchères d’Alkmaar 
Une spéculation de riches 
Le « commerce du vent » 
Un krach qui n’affole pas les autorités publiques 
Une crise de société

 

2. John Law, un aventurier aux finances
Duel, tables de jeux et autres aventures 
Un problème de dette publique 
Les belles idées de Lass
La création de la Banque générale 
Débuts mise en œuvre du système 
Avantages et inconvénients de la spéculation
L’effondrement 
Les dernières années de Law

 

3. La panique de 1907
Les frères Heinze, des pirates dans la finance
L’effet domino
Un contexte défavorable
Une innovation mal régulée : les trusts
La panique s’installe
John Pierpont Morgan à la manœuvre
Quatre plumes d’or pour une Banque centrale

 

4. 1929 : la crise qui a changé la face de la finance
La mentalité spéculative à l’œuvre
Fraudeurs à la barre, acte I : Ponzi entre en scène
Fraudeurs à la barre, acte II : Kreuger, le roi de l’allumette
Le prix des innovations
Explosion de l’endettement
Une crise de la finance mondialisée
L’impact de la commission Pecora
Une demande de régulation
Quatre ans de batailles politiques
Un « Glass-Steagall Act » qui n’existe pas !
Comment Roosevelt a manipulé Carter Glass
Les trois leçons de Roosevelt

 

5. Qu’est-ce qu’une crise financière ? 
Au départ, une simple perte d’équilibre
Des innovations non contrôlées
Une déréglementation subie ou voulue
Les effets secondaires de la course aux profits, acte I: la bulle de crédits
Les effets indésirables de la course aux profits, acte II : une mauvaise gouvernance des risques
Les effets indésirables de la course aux profits, acte III : comment la fraude s’empare de la finance 000
Les inégalités, carburant de la crise 
L’aveuglement au désastre
Comment les États ont sauvé la finance

 

6. Le temps de la régulation 
Maîtriser les innovations 
Comment réguler les produits dérivés ? 
Et la titrisation ? 
Une nouvelle gouvernance mondiale de la finance 
Empêcher les bulles de crédit : rendre la spéculation plus chère 
Mieux surveiller les bulles de crédit 
Un mot sur les fonds spéculatifs
Éviter les blocages : contrôler la liquidité 
Faire payer les banques, première voie : une taxe
Faire payer les banques, deuxième voie : utiliser les cocos 
Faire payer les banques, troisième voie : les testaments 
La gouvernance des banques, trou noir de la régulation 
Fraudes, la politique de l’autruche 
Bonus mal contrôlés 
Les économistes peuvent-ils changer ?

 

Conclusion. Tirer les leçons de la plus grande crise financière de l'histoire 
Le rôle essentiel des régulateurs 
De Mills à Minsky en passant par Zola

 

Bibliographie

Christian Chavagneux

Rédacteur en chef adjoint

Alternatives Economiques

28, rue du Sentier

75002 Paris - France

Tél : 33 1 44 88 27 38

www.alternatives-economiques.fr

 
PDF Imprimer Envoyer

Communiqué de l'ACDA (Agir pour le changement et la démocratie en Algérie)),

en commémoration du soulèvement d'octobre 1988.

Le soulèvement du 5 octobre 1988 : un moment fondateur

Le 5 octobre 1988, des milliers de jeunes occupent les rues d’Alger pour réclamer, avec fracas, plus de droits et de justice. En quelques jours, la révolte gagne la plupart des grandes villes du pays. L’état de siège est déclaré : les responsables politiques et militaires répondent par le mépris, et ne tardent pas à ordonner une répression sanglante, d’une ampleur et d’une intensité inégalées depuis l’indépendance. Officiellement de 161 morts, le bilan dépasse, en réalité, les 500 morts ; il y a des centaines de blessés et de manifestants arrêtés, et parfois torturés.

Le bouleversement est général, en particulier chez celles et ceux qui avaient résisté contre le colonialisme, lutté pour la libération du pays, comme le fit remarquer Mohammed Harbi : « Les militants de ma génération, qui ont connu la colonisation, ne peuvent pas ne pas être bouleversés par l’image de nos enfants assassinés, les enfants de notre peuple pauvre, les enfants sans espoir ni avenir, les enfants dont les martyrs de nos montagnes et de nos villes pensaient qu’ils seraient les bénéficiaires de la libération de notre pays. »* D’aucuns considèrent même que la rupture ainsi intervenue entre le peuple et le pouvoir est consommée, et que rien ne viendra la combler.

Le soulèvement d’octobre 1988 a ouvert une brèche de liberté dans un pays dominé par la dictature et le régime du parti unique. Une effervescence politique sans précédent a traversé la société. Des dizaines de partis politiques, d’associations et de journaux ont été fondés par des Algériennes et des Algériens assoiffés de liberté.

L’arrêt du processus électoral par la junte militaire, le 11 janvier 1992, et le basculement des islamistes dans la lutte armée ont laminé les espoirs de démocratie et de justice sociale surgis durant cette période. En plus des centaines de milliers de victimes, la violence de la guerre civile a provoqué des peurs et des régressions terribles tant au plan social que politique.

Aujourd'hui, le régime craint que l'essor des luttes démocratiques et sociales des peuples du monde arabe ne s’étende à l’Algérie, et que les mobilisations sociales que connaît le pays depuis plusieurs mois ne se prolongent par une révolte générale des Algériennes et Algériens pour leurs droits sociaux et leurs libertés confisquées. Pour toute réforme, il se contente d'un remodelage superficiel, ne remettant nullement en cause le contrôle exercé par les services de sécurité sur le paysage politique, associatif et médiatique.

Ainsi, dans le cadre des récentes « réformes » annoncées par le pouvoir, les partis et les associations devront encore quémander leur agrément au ministère de l’Intérieur, et l’exécutif interviendra dans la composition des autorités de régulation de la presse, qui, malheureusement, ne seront pas constitués des seuls professionnels. Quant aux modifications relatives au code électoral aux fins de garantir, dit-on, « l’honnêteté des élections », elles ne feront pas oublier aux Algériennes et Algériens que la principale fraude exercée par le régime est ce pouvoir discrétionnaire dont il dispose pour modeler la scène politique, associative et médiatique comme bon lui semble, au nom des "impératifs de sécurité nationale".

Malgré le nouveau souffle permis par les soulèvements démocratiques en cours dans le monde arabe, nous avons du mal à sortir de la glaciation politique dans laquelle nous avons été enfermés. Nous avons encore du mal à nous organiser et à nous rassembler pour faire émerger une alternative politique démocratique crédible et audible. C’est en ce sens  que le soulèvement d'octobre 1988 restera un moment fondateur, un tournant dans l’histoire de notre pays. Aussi avons-nous le devoir de le revisiter, d’en faire le bilan critique, pour envisager le reste du chemin à parcourir, en finir avec ce régime autocratique, violent, qui divise pour régner et fonder la république citoyenne, sociale et démocratique.

Dans cette situation, nous, Algériennes et Algériens résidant en dehors du pays, avons une responsabilité particulière : avec le recul qui est le nôtre, nous avons la responsabilité de faire connaitre la myriade de mouvements de contestation en Algérie même qui sont l'expression riche, polymorphe, de la société civile, d’organiser les  débats et confrontations intellectuelles et politiques nécessaires, dans des cadres collectifs pluriels et indépendants, pour situer les blocages et contribuer à faire émerger un solide mouvement d’opinion en faveur du changement démocratique dans notre pays.

* « Lettre aux citoyennes et citoyens algériens. 24 mars 1989 », revue Sou’al, n° 9-10.

 
PDF Imprimer Envoyer

Le livre noir du management (Ed. Bayard)

Isabelle Bourboulon

Le management a mauvaise presse. L’expérience qu’en a un nombre croissant de salariés n’est pas faite pour en améliorer l’image : rythmes accélérés, pressions de tous ordres, injonctions paradoxales, harcèlement, stress, etc. Plus grave encore, la survenue des suicides à partir de 2005 dans de grandes entreprises françaises fait qu’il n’est plus possible aujourd’hui d’en ignorer les effets délétères sur la santé physique et psychique.

Cet ouvrage est basé sur une grande enquête menée dans différentes entreprises comme IBM ou McKinsey, mais aussi dans plusieurs services publics. Pendant un an, de juin 2010 à mai 2011, l’auteure a rencontré et interviewé de nombreux chercheurs, syndicalistes, consultants, salariés, etc. Tous témoignent de ce qu’il convient d’appeler désormais une véritable « crise du travail ». Cependant, devant la gravité de la situation, il n’est plus possible d’en rester à la seule dénonciation. C’est pourquoi, loin de n’être qu’un livre à charge, celui-ci est en grande partie consacré aux résistances, aux propositions et aux alternatives.

 
PDF Imprimer Envoyer

 

Tensions globales et altermondialisme

Cet article tente d’analyser le bilan et les acquis du processus des Forums sociaux et du mouvement altermondialiste depuis 2001 et de discuter leur avenir tandis que le contexte géopolitique et économique international est marqué par un approfondissement de la crise systémique du capitalisme.

Quel est l’impact du Forum social mondial (FSM) et du mouvement altermondialiste dans les luttes actuelles ? Quelles sont les perspectives pour la construction d’un rapport de forces durable face aux forces du capital à l’échelon mondial ?

Le FSM et le mouvement altermondialiste restent-ils des acteurs centraux des luttes dans cette phase actuelle ? Quelles relations construire avec ceux du "printemps arabe" ou les "Indignés" ?

Comment envisager la relation des mouvements sociaux avec la transformation politique ?

A lire dans la dernière livraison de la revue ContreTemps (numéro 11, 3ème trimestre - septembre 2011)

 contretemps

 

 

 

 
«DébutPrécédent123SuivantFin»

Page 1 sur 3